Pourquoi ce sujet?

Le portrait est mon style pictural de prédilection et j’ai déjà exposé sur ce mode d’expression avec le thème des acteurs et actrices de cinéma des années 50. L’idée de peindre les portraits de femmes m’est venue suite à un accident de la vie avec l’objectif de me reconstruire. J’avais d’abord voulu choisir des femmes qui ont marqué l’histoire. Mais en faisant des recherches, il m’a semblé que le résultat aurait été trop convenu . Je n’ai pas voulu faire trop académique non plus je n’ai choisi qu’une seule académicienne d’ailleurs. J’ai finalement opté pour des femmes dont l’apport à l’humanité a été remarquable ou parce qu’elles ont été des pionnières et des novatrices dans leur domaine, parce que leur personnalité, et un destin exceptionnel étaient dignes d’être mis en valeur, ou encore qui ont représenté un élan créateur pour faire avancer la condition féminine ou. Ces femmes peuvent interpeller   l’intérêt et la curiosité de tous. Dans chacun de mes choix, il a fallu un coup de coeur sur un élément ou un angle de vue, une envie d’en savoir davantage sur cette femme.

Pour cette sélection, j’ai opté pour des femmes non pas qui étaient très présentes dans l’inconscient collectif pour éviter de faire une exposition dépersonnalisée et qui n’aurait rien apporté à ce qu’on sait déjà. Il y en a une certaines partie que je connaissais et on pourra penser que j’ai parfois été subjective, mais j’ai également questionné autour de moi afin de recueillir des point de vue différents sur les femmes de l’histoire ou d’actualité qui pourraient être intéressants de mettre en valeur . Outre l’aspect esthétique j’ai voulu donner une dimension pédagogique afin de susciter la curiosité et l’intérêt de ceux qui verront cette exposition et, pourquoi pas, aller à la rencontre ds établissements scolaires et les missions locales, ou vers des structures comme le Planning Familial ou encore l’espace Gisèle Halimi…

 J’ai par ailleurs volontairement choisi de faire co-exister des femmes très célèbres et d’autres qui avaient un parcours remarquable sans avoir pour autant été renommées pour cela, de manière à ce que la célébrité des unes donne un coup de projecteur sur le parcours des autres, et que les parcours non pas moins intéressants mais restées dans l’ombre redonnent une épaisseur aux femmes les plus illustres. L’éclectisme a également été mon crédo. En plus des lieux d’expositions liées à l’histoire des femmes comme je l’ai détaillé dans la page  « Lieux d’expo Femmes d’exception »j’ai l’intention d’en faire un outil pédagogique pour les missions locales et les écoles ( comme on l’a conseillé).

 

Le choix de la peinture figurative

  On m’a fait le commentaire suivant à propos de mes peintures : « Ce talent de coller à chaque physionomie et à chaque expression d’un visage correspond à ton besoin de « ne pas déformer pas la réalité ». A tous points de vue, tu cherches à être dans le   « vrai » ». Ca m’a beaucoup touché qu’on reconnaisse une part de moi dans mes peintures. Cela prouve mon investissement et qu’il me reste une part de mon identité.  Chaque jour mon exposition est différente de ce qu’elle était la veille. J’aime cette évolution à géométrie variable. Cela m’évite aussi de tomber dans la routine et j’ai l’impression d’avoir sans cesse de nouvelle initiatives à prendre…
Enfin, j’ai moi-même j’ai beaucoup appris très agréablement, en me documentant, et j’espère que mes recherches et mes efforts de vulgarisation porteront ses fruits auprès du public.  V.D.

Se reconstruire

Il y a trois ans je suis restée deux mois dans le coma. A mon réveil il ne me restais plus rien de moi même. Je suis restée pendant plus d’un an et demi à fonctionner dans le déni. Quand je suis rendu compte jour après jour ce que je n’avais plus et de ce que je ne pourrais plus jamais faire, je me suis laissée sombrer jusqu’à me mettre au bord de l’abîme. Et puis il s’est passé un déclic. Une étincelle d’espoir est revenue …Je me suis accroché à ma peinture de toutes forces. Ma mère, qui nous a quitté quand j’avais 24 ans a été très présente auprès de moi quand j’étais dans le coma à travers mes rêves . D’où cette idée d’un portrait de femme polymorphe.Et je viens d’achever le but que je  m’étais fixé : peindre 80 portraits de femmes d’exception. Et l’essentiel est là . Ces portraits forment les bribes d’une seule et même identité pour un portrait à multiples facettes nécessaires à ma reconstruction. C’est grâce à ce projet que j’ai retrouver la  volonté  de me  reconstruire. J’ai mis un an, entre le moment ou j’ai formulé mon idée en début septembre 2017 ( fin septembre quand j’ai commencé mes premiers achats de toiles et mon blog) pour mettre à bien ce projet. J’ai donc tenu mon pari. Ce qui reste à accomplir est le plus compliqué : les six prochains mois il va falloir que  donne vie à cette exposition, comme à un être humain qui vient de naître, et le parcours sera au moins aussi  difficile que le travail de création . V.D.

 .

 

.

 

Fermer le menu
×
×

Panier

Panier